Eric Faye : Nagasaki


Eric Faye
Les premières lignes du roman

Il faut imaginer un quinquagénaire déçu de l’être si tôt et si fort, domicilié à la lisière de Nagasaki dans son pavillon d’un faubourg aux rues en chute libre. Et voyez ces serpents d’asphalte mou qui rampent vers le haut des monts, jusqu’à ce que toute cette écume urbaine de tôles, toiles, tuiles et je ne sais quoi encore cesse au pied d’une muraille de bambous désordonnés, de guingois. C’est là que j’habite. Qui ? Sans vouloir exagérer, je ne suis pas grand-chose. Je cultive des habitudes de célibataire qui me servent de garde-fou et me permettent de me dire qu’au fond, je ne démérite pas trop.

Consulter la page de l’éditeur…

Publicités

Responses

  1. Ce qu’il y a de bien dans ce livre c’est qu’il est court. A part cela… Je ne vois pas un tres grand interet a le lire. Peut-etre que je l’ai « mal lu », « mal compris » mais je ne lui trouve aucune fin! On avance, on avance, pendant 100 pages on avance! Et puis a la fin on tombe dans un trou, un precipice. Il n’y aucun but. Comme il a ete dit pour Galadio de Didier DEANINCKX, on a l’impression qu’il y a une camera qui suit Shimura-san ( le personnage principal) et on ne ressent pas les emotions du personage, ce qui laisse un grand vide dans ce recit et une grande deception pour le lecteur. Ensuite je trouve que le titre n’est pas tres approprie, il n’est pas question dans le livre de quoi que ce soit vis-a-vis de l’evenement tragique du 9 aout 1945 a Nagasaki, non la seule chose en rapport avec le titre c’est parce que Shimura vit dans cette region du Japon… En finissant ce livre on se demande pourquoi cette histoire? Son but? Qu’est-ce qu’elle a a dire? C’est tout?

  2. Un titre trompeur, et un livre un peu decevant.
    L’idee de depart etait en elle meme plutot bien trouvee, mais je l’ai trouve tres mal exploitee: on ne s’attarde pas assez sur l’intrigue, sur les emotions du personnage… il n’y a pas assez d’action et beaucoup de pages pour pas grand chose, puisqu’une fois a la fin, on se demande « mais encore ?’ Personellement en tout cas, je ne sais pas trop ou l’auteur voulait en venir… peut etre veut il parler de la solitude, de la pauvrete ?? Si c’est le cas, il ne s’y est pas assez attarde.
    Ce livre semblait pourtant etre un des plus interessant, je m’attendais a mieux. Dommage.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :