Publié par : Marie Jo Ghorra | 14 septembre 2016

Prix littéraire des lycéens 2017

Affiche du prix 2017

Six romans ont été sélectionnés pour cette rentrée du Prix littéraire. En attendant de rencontrer certains de leurs auteurs au Salon du livre de Beyrouth en novembre, les lecteurs peuvent déjà consulter la liste des romans.

Sylvie Germain : A la table des hommes
Olivier Bourdeaut : En attendant Bojangles
Ramy Zein : Tribulations d’un bâtard à Beyrouth
David Foenkinos : Le Mystère Henri Pick
Philippe Claudel : L’Arbre du pays Toraja
Lyonel Trouillot : Kannjawou

Bonne lecture à tous!

Publié par : Marie Jo Ghorra | 22 mai 2016

Le Prix littéraire 2016 décerné à Baptiste Beaulieu

A l’issue d’un débat de deux heures en présence d’un public d’élèves venus de plusieurs établissements libanais mais aussi, cette année, de quelques élèves venus du Lycée Charles de Gaulle de Damas pour l’occasion, le Prix littéraire des lycéens libanais 2016 a été décerné à Baptiste Beaulieu pour son roman Alors vous ne serez plus jamais triste.
Le débat et le vote se sont déroulés à la salle Montaigne de l’Institut français de Beyrouth. Le jury, présidé par Jad Aoun, élève de Terminale au Collège Louise Wegmann, était constitué de : Lara Ghanem (Lycée Nahr Ibrahim), Camille Berger et Leo Barnard (Grand Lycée Franco-Libanais), Yasmina Ghadban (International College), Jad Aoun, Céline Saad et Wadih Tedros (Collège Louise Wegmann), Farah Salameh et Lynn Khoury (Jamhour) et Bahaa Kaaki (Lycée Verdun).
29 élèves ont pu voter et Alors vous ne serez plus jamais triste a remporté le Prix dès le premier tour avec 19 voix.

Publié par : Marie Jo Ghorra | 9 novembre 2015

Lancement de l’édition 2016 du Prix littéraire

Plus de 300 élèves étaient au rendez-vous au salon du livre ce jeudi 29 octobre 2015 pour le lancement de l’édition 2016 du Prix littéraire. Trois écrivains ont répondu à notre invitation : Charles Juliet, auteur invité au salon, ainsi que Charif Majdalani et Salma Kojok, dont les romans font partie de la sélection de cette année.

PL2016-JulesBadarani-Photo025

Après une brève présentation des romans en lice illustrée par des lectures d’élèves, la séance s’est transformée en une véritable rencontre autour de la lecture et de l’écriture.

« Soyez authentique, ne vous trahissez pas, n’imitez personne ». Les mots de Charles Juliet ont résonné dans le silence de la salle en réponse à la question d’un élève qui demandait des conseils d’écriture. Ces paroles de l’auteur de Lambeaux ont touché les jeunes par leur simplicité et par leur vérité.

Répondant à des questions comme « Pourquoi écrivez-vous ? » (réponse de Majdalani : « Demande-t-on à un homme pourquoi il respire ? C’est parce que je ne peux pas faire autrement ») ou « Dans quel lieu écrivez-vous ? » (réponse de Salma Kojok, montrant son ordinateur : « Partout où je peux »), les écrivains ont parlé de leurs romans, de leur métier et de leur passion pour la littérature, passion qu’ils partagent avec leur public.

Publié par : Marie Jo Ghorra | 3 novembre 2015

Remise du Prix littéraire 2015 à Rodolphe Barry pour Devenir Carver

Les élèves du Prix littéraire ont eu le plaisir de rencontrer l’auteur de Devenir Carver au salon du livre le samedi 31 octobre.

Julie Haddad re,mettant le prix Littéraire des Lycéens du Liban à Rodolphe Barry pour son roman Devenir Carver - Salon du livre de Beyrouth - octobre 2015

Julie Haddad remettant le Prix Littéraire des Lycéens du Liban à Rodolphe Barry pour son roman Devenir Carver – Salon du livre francophone de Beyrouth – octobre 2015

Après un échange avec Rodolphe Barry, des élèves du Grand Lycée, du Lycée Verdun et du Lycée Nahr Ibrahim ont lu des extraits du roman. Puis, Camille Berger, membre du jury, s’est exprimé au nom de ses camarades pour justifier leur choix. Enfin, Julie Haddad, présidente du jury, a remis le trophée à Rodolphe Barry.

Le mot de Camille Berger - Salon du livre francophone de Beyrouth - octobre 2015

Le mot de Camille Berger, élève de 1ère L au Grand Lycée Franco-Libanais et membre du jury 2015

Jeudi 7 mai 2015. Cela fait plus de dix ans que des élèves de plusieurs établissements, douze à présent, lisent, débattent et votent. Au cours de l’année, il est donné à chacun la liberté de lire autant que voulu les six livres proposés, de partager ses impressions lors de plusieurs rencontres entre établissement, parmi d’autres passionnés de lecture, et finalement, lors du débat final, et sous la condition d’avoir lu tous les livres, d’élire celui à qui l’on attribuera le Prix Littéraire des Lycéens du Liban.

Sur la liste de la dixième édition se tenaient des récits personnels, historiques, des témoignages de misère, de guerres passées, d’inégalité et de conflits. Il y avait aussi un nom, deux mots, qui racontaient le combat d’un homme contre ses propres faiblesses et contre le sort, pour faire connaître sa plume et marquer la littérature de son pays.

Devenir Carver, Rodolphe Barry, une biographie-roman d’un des mythes de la littérature américaine, qui suit la vie de l’écrivain à travers le style de son coup d’œil perspicace. De sa tendre jeunesse jusqu’à la découverte de son cancer du poumon, en passant par la lutte contre son alcoolisme, les problèmes de famille, les naissances et les deuils, les phases d’écriture intenses et les moments de misère, la confrontation avec son éditeur, et enfin, le succès, puis la mort, le livre retrace, proche de son protagoniste, la vie riche en expériences de Raymond. C’est l’histoire d’une vie d’écrivain, une vie difficile par moments, laborieuse, finalement récompensée et clôturée par une fin éclatante.

Pourquoi ce livre est-il lauréat du Prix Littéraire? Pour le sujet, pour un hommage à un écrivain. Aussi pour ce tour de force de nous attacher à ce personnage, dont on sent encore la présence une fois le livre refermé. Pour ses citations, des conseils instructifs. Pour nous avoir fait partager les ombres de l’alcool qui tourmentent une vie, le malheur de ceux qui n’ont plus rien. Pour nous avoir fait écouter le bruit d’une machine à écrire qui remontait la pente. Pour sa fin lumineuse, qui parvient à guider le lecteur dans la même position d’esprit que Carver. Pour avoir réussi à intéresser le jeune public au genre de la biographie, qu’on juge trop souvent, à notre âge, et à tort, d’ennuyeux. Après tout, une vie n’est pas une aventure emplie d’imaginaire et d’héroïsme, mais elle n’en reste pas moins une œuvre, et, dans le cas de Ray Carver, une œuvre qu’a réussi à retranscrire Rodolphe Barry à travers un travail digne d’admiration.

C’est donc ce livre que nous avons choisi, un livre écrit pour nous faire, le temps de le lire, devenir Carver, rencontrer cet écrivain que l’on connaît trop peu sur l’autre rive de l’Atlantique.

On ressort de cet univers avec en tête l’idée d’aller lire Furious Seasons, et pourquoi pas en anglais. C’est avec un petit papier à côté de soi sur lequel s’alignent une série de conseils à l’écrivain qu’on l’abandonne. Un livre qui donne soif de lecture. Un livre qui donne aussi soif d’aventure, celle de l’écriture.

 

Publié par : Marie Jo Ghorra | 26 octobre 2015

Lancement du Prix littéraire des lycéens du Liban 2016 au Salon du livre

Annonce Site Salon du Livre

Le lancement du Prix littéraire 2016 se fera le jeudi 29 octobre 2015 au Salon du Livre, BIEL, salle Gibran de 14h à 16h. Plus de 300 élèves y rencontreront l’écrivain Charles Juliet, auteur entre autres de Lambeaux et de L’Année de l’éveil ainsi que Salma Kojok et Charif Majdalani dont les romans font partie de la sélection 2016.

Publié par : Marie Jo Ghorra | 26 octobre 2015

Remise du Prix littéraire des lycéens du Liban 2015 au Salon du livre

Rodolphe Barry - Devenir Carver - PL2015

 

Les élèves du Prix littéraire auront l’occasion de rencontrer Rodolphe Barry le samedi 31 octobre 2015 à 16h sur le stand MLF – AEFE et lui remettront le Prix 2015 pour Devenir Carver.

Julie Haddad, présidente du jury 2015, élève du GLFL

Julie Haddad, présidente du jury 2015, élève du GLFL

Le Prix Littéraire des Lycéens du Liban est un des uniques évènements permettant aux élèves de douze établissements scolaires libanais de se réunir dans le but de débattre autour d’une sélection de six romans lus en cours d’année. Le 7 mai, le débat final a eu lieu à l’institut français, où deux jurés de chaque école étaient réunis sur scène pour défendre ou critiquer les six œuvres. Cette année, la sélection était d’une très grande qualité , et les six romans nous ont chacun entrainés dans différents contextes : Les absents de Georgia Makhlouf dans les années de guerre du Liban, De père légalement inconnu de Françoise Cloarec dans les colonies françaises en Indochine, Le collier rouge de Jean Christophe Ruffin au lendemain de la première guerre mondiale, Réparer les vivants de Maylis de Kerangal dans un bloc opératoire, Devenir Carver dans l’intimité de la vie du grand nouvelliste américain Ray Carver, et enfin L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA de Romain Puértolas, aux quatre coins du monde.

Le jury, ainsi que le public, ont alors pu lors de ce débat user de tous les arguments possibles et imaginables pour défendre leur avis sur chaque roman. Allant de « je n’ai même pas réussi à le lire jusqu’au bout » jusqu’à «  ce livre m’a fait voyager » les opinions de chacun ont résonné dans toute la salle pendant trois heures. La beauté de cette rencontre se trouve dans la diversité des goûts littéraires de chacun. Lorsque l’un se plaint des longues descriptions du livre, l’autre au contraire les défend. Ainsi la lecture est un loisir subjectif et décerner un prix satisfaisant tout le monde n’est pas possible. C’est pourquoi le vote final est toujours très serré. Finalement, après deux tours c’est Devenir Carver de Rodolphe Barry qui a convaincu la plus grande majorité du public cette année. Cette œuvre retrace le parcours d’un auteur américain, Ray Carver, qui durant toute sa carrière fut tiraillé entre son amour pour l’écriture et ses responsabilités en tant que père de famille. Rodolphe Barry réussit à nous transporter au vingtième siècle dans cette Amérique aux rêves désenchanteurs tout en respectant un style léger et concis, à la manière de Carver. Ce livre est une grande source d’inspiration pour tous les écrivains en herbe et amoureux de la littérature.

Le prix littéraire est l’occasion de discuter littérature, de rencontrer des élèves de tous les établissements, et de vivre une expérience très enrichissante que ce soit au niveau culturel ou social.

Publié par : Marie Jo Ghorra | 20 mai 2015

Article de Lucie Dewaleyne, élève de 2nde au GLFL

Lucie Dewaleyne, élève de 2nde au GLFL

Lucie Dewaleyne, élève de 2nde au GLFL

Le Prix Littéraire des Lycéens Liban est un prix qui chaque année invite l’auteur gagnant à venir au salon du livre francophone. En effet tous les ans, 6 livres récents sont en compétition et suite à plusieurs débats entre les élèves de 12 établissements scolaires un vote a lieu pour élire le « Prix littéraire du lycéen » de l’année. Cette année les 6 livres sélectionnés étaient de styles très différents : de quoi satisfaire beaucoup de lecteurs !

D’une part Les absents de Georgia Maakhlouf retrace la vie de l’auteur pendant la guerre du Liban et son exil en France à travers un style d’écriture particulier qui lui est propre : un carnet d’adresse. Réparer les vivants de Maylis de Kerangal est un roman très émotif qui mélange l’univers médical avec les émotions des personnages. D’autre part, De père légalement inconnu de Françoise Cloarec est un roman à travers lequel on découvre la vie en Indochine pendant la colonisation française. Le collier rouge de Jean-Christophe Ruffin raconte de manière subtile la relation d’un maître et de son chien pendant la première guerre mondiale. L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA de Romain Puértolas décrit des tristes actualités par l’intermédiaire du rire. Enfin, Devenir Carver de Rodolphe Barry expose de manière intense la vie de Carver  un écrivain américain.

Le 7 mai 2015, à la salle Montaigne de l’institut français, a eu lieu le débat final du prix littéraire des lycéens 2015. Sur scène, 10 jurés de différents établissements, participant au prix et ayant lu les 6 livres, ont animé le débat en exprimant leurs impressions sur les différents livres. Les avis étant très partagés entre les jurés mais aussi avec le public : le débat n’a pas perdu de son énergie pendant les 3 heures ! D’avis partant de « je ne pense pas que ce roman mérite le prix littéraire car il n’y avait pas assez d’actions » ou encore de « ce livre est nul ! » allant jusqu’à « ce livre est très prenant et mérite entièrement le prix littéraire » ou « le style qu’emploie l’auteur est original et m’a permis de voyager tout au long du roman », la salle fut parcourue par plusieurs émotions très diverses telle que la joie, la colère ou encore l’incompréhension, comme un roman peut nous procurer car c’est cette passion commune qui nous a unis dans cette grande salle de l’Institut. Le débat s’est terminé par un vote très mitigé entre les 6 livres. Un second tour fut obligatoire opposant Devenir Carver et Réparer les vivants.

Finalement, Devenir Carver de Rodolphe Barry est élu «le prix littéraire des lycéens 2015 » un prix qui sera remis à l’auteur lors du Salon du livre francophone 2016 à Beyrouth, par la présidente du jury Julie Haddad sous la direction de Mme Ghorra.

Publié par : Marie Jo Ghorra | 18 mai 2015

Le mot de Rodolphe Barry, lauréat de l’édition 2015

Dès qu’il a appris que Devenir Carver a obtenu le Prix littéraire des lycéens du Liban 2015, Rodolphe Barry nous a écrit.

Aux élèves & aux professeurs,

Rodolphe BarryAlors que je suis à mon bureau, en plein travail, une voix amie m’apprend par téléphone que DEVENIR CARVER vient de se voir attribuer le Prix littéraire des lycéens du Liban. Tu parles d’une surprise ! Il me faut avouer que cette nouvelle me remplit d’émotion. Il existe un grand nombre de «prix littéraires», mais celui-ci, remis par des lycéens, me touche particulièrement. Je sais qu’ils ont voté avec leur cœur et en toute liberté, sans se soucier de ce qui altère ou guide parfois le choix des jurés, la notoriété de l’auteur, sa personnalité… Aucun trafic d’influence dans ce cas, aucun service rendu dans l’espoir d’un retour…

L’autre raison pour laquelle je me sens honoré tient au sujet même de mon livre. Quelle satisfaction de penser que la vie d’un écrivain américain, écrite par un Français, soit lue et appréciée par des jeunes vivant dans une tout autre partie du monde ! Quelle leçon ! Soudain, les frontières entre les États-Unis, l’Europe et le Moyen-Orient, sont abolies par la force de la littérature. Ray en resterait baba !

Par mon intermédiaire, Raymond Carver vous a parlé «d’âme à âme». Je suis sûr que le rôle de la littérature, et de l’art en général, est bien celui-ci : nous nourrir, nous émouvoir, nous apprendre à mieux connaître le monde tout en nous révélant à nous-même. «J’aime tout ce qui me grandit» écrivait Carver… C’est si beau et si vrai  ! Je ne pourrais trouver meilleure conclusion.

Toutefois, je tiens à saluer les éditions FINITUDE pour avoir cru en mon projet, ainsi que Melle Fanny Wallendorf pour son soutien de chaque jour.

À vous tous & toutes, un grand merci !

Rodolphe Barry

 

Publié par : Marie Jo Ghorra | 9 mai 2015

Devenir Carver de Rodolphe Barry lauréat du Prix littéraire 2015

Débat filal du Prix Littéraire des Lycéens du Liban 2015

 Devenir Carver de Rodolphe Barry Laureat du Prix Littéraire des Lycéens du Liban 2015

Devenir Carver de Rodolphe Barry Laureat du Prix Littéraire des Lycéens du Liban 2015

Les 250 élèves inscrits au Prix littéraire des lycéens du Liban se sont retrouvés le jeudi 7 mai 2015 à la salle Montaigne de l’Institut français de Beyrouth pour assister au débat final et au vote qui sont venus couronner l’année littéraire.

Le jury, présidé par Julie Haddad, élève du GLFL, était composé de 12 élèves qui ont confronté pendant trois heures leurs opinions autour des six romans en lice. L’échange était d’une grande qualité et les avis très précis et très pertinents ont montré que chaque roman a été apprécié: le choix était difficile. D’ailleurs, le score du second tour était très serré: les 51 votants ont eu du mal à départager les deux romans qui restaient en lice: Réparer les vivants de Maylis de Kérangal et Devenir Carver de Rodolphe Barry.

Et c’est finalement Devenir Carver qui a obtenu le Prix littéraire des lycéens du Liban 2015.

 

Older Posts »

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :